Tourisme: un axe majeur pour l’attractivité de notre ville.

Suite au dossier paru dans Ouest France le 20 mai dernier sur le tourisme dans le pays de Fougères, Louis Feuvrier, maire de Fougères, a souhaité réagir. Les articles comprennent "bon nombre d’omissions, d’imprécisions et de déclarations qui sont des contre-vérités et qui donnent une impression générale négative dont on peut fortement s’étonner".

Avec 95 000 visiteurs accueillis en 2015, le château de Fougères est le premier site historique en Ille-et-Vilaine,

"Le dossier paru dans Ouest France le 20 mai dernier et relatif au tourisme est à mon sens bien loin de refléter la réalité. Il comprend bon nombre d’omissions, d’imprécisions et de déclarations qui sont des contre-vérités, et il donne une impression générale négative dont on peut fortement s’étonner.

Le tourisme est un axe majeur d’intervention pour l’attractivité de notre ville, ce qui se traduit par des actions concrètes et visibles.

  • D’abord par de forts investissements, contrairement à ce que laisse entendre l’article. Nous avons ainsi réalisé de nombreux aménagements aux abords du château. S’agissant de la valorisation du patrimoine, du fleurissement et des espaces verts, Fougères est l’une des rares communes de France à posséder le label 4 fleurs, grâce à l’engagement des services de la ville et des citoyens, un label qui reconnaît tout le travail de mise en valeur réalisé. Nous avons également créé la scénographie qui, depuis 2009, accompagne tous les visiteurs, ainsi que le hall d’accueil. En 2013, nous avons restauré les roues du moulin du château. Et chaque année, nous investissons environ 200 000 € pour l’entretien du Château : entretien du bâti, dévégétalisation, travaux de valorisation…
  • Ensuite, en communication. Notre forteresse est un patrimoine remarquable – la plus grande forteresse médiévale d’Europe – qu’il faut faire connaître, et j’invite chacun à se mobiliser pour le Fabuleux Château. Selon les années et les opportunités, entre 100 000 et 200 000 euros sont dédiés à la promotion du château. Ce sont là des moyens importants. Il s’agit du budget de fonctionnement de la ville, et chacun comprendra alors que toute augmentation de moyens financiers pour la communication se traduirait par une diminution des aides accordées notamment aux associations ou par une augmentation des impôts.  Par le biais d’actions répétées de communication (campagnes d'affichage, promotion dans divers médias, site internet ou encore réseaux sociaux), nous incitons les touristes à venir visiter le château et notre ville. Peu de villes de notre taille mènent de telles campagnes. Nous sommes également adhérents à plusieurs réseaux (Les plus beaux détours de France depuis 2015, Villes d’Art et d’Histoire, l’Association Des Equipements de Loisirs, les Comités Départemental et Régional du Tourisme) ce qui nous permet d’amplifier notre rayonnement et de bénéficier de synergies. Mais la ville n’est pas la seule à promouvoir le territoire. Fougères Communauté, l’office du tourisme et le pays d’accueil touristique jouent également un rôle dans ce domaine. Or curieusement l’office de tourisme n’a pas été sollicité dans le cadre de cet article, par contre le pays d’accueil touristique l’a été largement. C’est ce dernier qui est chargé notamment de réaliser l’accueil de groupes ou encore de contacter les organisateurs de voyages et de séjour. Pourtant, la fréquentation du château par les groupes adultes a largement baissé ces dernières années.
  • Enfin, concernant les animations. La programmation estivale est diversifiée – théâtres, concerts, cinémas, conférences, visites… et essentiellement gratuite. Elle répond à différentes attentes, et permet aux Fougeraises et Fougerais ainsi qu’aux touristes de vivre la ville autrement le temps d’un spectacle. Et le château sert régulièrement d’écrin à des manifestations organisées par des partenaires, notamment des associations et le centre culturel Juliette Drouet.

Ces actions que nous menons depuis plusieurs années portent leurs fruits. Ainsi, 95 000 visiteurs ont été accueillis au château en 2015. Le château de Fougères est l’un des principaux sites touristiques en Bretagne, le premier site culturel et historique en Ille-et-Vilaine, et l’un des deux châteaux les plus visités de Bretagne. Rappelons que le château des ducs de Bretagne, à Nantes, une des plus grandes agglomérations françaises, enregistre 154 000 visiteurs. Le château ne fait donc pas si mal !

S’agissant de Carcassonne, deux millions de visiteurs sont certes comptabilisés dans la cité, qui se visite gratuitement. Le château, inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco, accueille environ 538 000 visiteurs (soit un visiteur sur quatre). Quant à la comparaison avec le château de Blandy-Les-Tours, elle n’a pas beaucoup de sens. Ce site n’est pas géré par la commune de 700 habitants, comme le laisse entendre l’article, mais par le Conseil Départemental de Seine-et-Marne, dont le budget annuel et les moyens (1.3 milliard d’euros) ne peuvent pas bien évidemment être comparés à ceux de la ville de Fougères.

Egalement, l’achat d’œuvres d’art pour 100 000 € est un acte d’avenir, un investissement pour le développement du tourisme. Sont compris dans ce montant la commande d’une statue rendant hommage à Victor Hugo et Juliette Drouet - elle sera installée square de Juliette, pour mettre en valeur nos espaces arborés - ainsi que l’achat de toiles de La Villéon, pour enrichir notre collection d’œuvres de ce peintre. Ces investissements nous permettent ainsi d’attirer en haute ville les touristes qui souhaitent poursuivre leur découverte de Fougères au travers de ses espaces naturels et paysagers ou de ses autres sites touristiques.

Rien ne permet d’affirmer qu’il y aurait davantage de visiteurs si le château était géré par une société privée. La question du mode de gestion du château a déjà été évoquée dans les années 2000, certains parlant même d’en faire un parc d’attraction comme le Puy du Fou. Mais c’est oublier que le château est un monument classé à l’inventaire des monuments historiques, et qu’à ce titre toute intervention, même mineure, nécessite l’accord de l’Architecte des Bâtiments de France et du conservateur des monuments historiques. En outre, une gestion privée ne pourrait se faire que par une délégation de service public, qui entraine souvent le versement d’une subvention de fonctionnement au délégataire.

La gestion en régie, c’est-à-dire directement par la ville, permet de disposer plus facilement du château, de répondre aux demandes d’utilisation par des associations, de continuer à mener des actions de mise en valeur et d’animation du château, de développer l’accueil des jeunes et de leur transmettre la connaissance de notre histoire et de notre patrimoine, ainsi que de favoriser son accès à tous, à un tarif abordable.

Bien d’autres points de l’article pourraient être repris, auxquels nous apporterons des réponses au fur et à mesure, notamment aux témoignages. Je suis choqué que le dossier soit essentiellement à charge contre la ville. Parmi les très nombreux touristes qui visitent la ville (plus de 250 000 en moyenne chaque année) et parmi les Fougerais, n’y a-t-il pas davantage de personnes qui apprécient la ville et son patrimoine ?

La confiance et le partenariat sont essentiels au développement de l’activité touristique. Les spécialistes du « il n’y a qu’à - faut qu’on » ne favorisent pas cette démarche. C’est pourquoi il nous semble important de mener des actions de promotion du tourisme avec Fougères Communauté et de renforcer l’office de tourisme".

Louis Feuvrier, maire de Fougères.