Budget 2018 : continuer d’investir pour l’avenir

Le budget prévisionnel 2018 a été voté au conseil municipal de mars. Avec trois grandes orientations : un niveau d’investissement soutenu, des services de qualité et des dépenses de fonctionnement maîtrisées.

Cette année encore, il a été décidé de ne pas augmenter les taux de la taxe d’habitation et les taux des taxes foncières (bâti et non bâti). Cet engagement municipal fort contribue à renforcer l’attractivité de Fougères et à maintenir le niveau de vie de
Budget de fonctionnement : 23 millions de recettes / 20,3 millions de
dépenses.

1. Les recettes comprennent notamment :

    Les contributions directes, c’est-à-dire les impôts locaux, restent la part principale des recettes de fonctionnement. Elles représentent 8.1 millions d’euros, soit 35 % des recettes :

    2. Les dépenses de fonctionnement doivent être maîtrisées.

    • les dotations, versées par l'Etat (elles devraient s’élever à 3,4 millions d’€ soit un peu plus de 21% des recettes) et par Fougères Agglomération (4,8 millions d’€)
    • 2,3 millions d’€ pour les produits des services et du domaine qui représentent environ 10% des recettes. Ce montant inclut l’ensemble des services facturés aux usagers : recettes liées aux restaurants scolaires, locations de salles municipales ou encore entrées au château, dont le montant a augmenté en 2017 grâce à la très bonne fréquentation.
    • les autres impôts et taxes (près de 1,3 million d’€) représentent 6% des recettes environ. Ils concernent principalement les droits de mutation (+ 50 000 € en 2017 dus à la vitalité du marché immobilier), la taxe sur la consommation finale d’électricité, la taxe sur la publicité extérieure... 
    • les autres dotations et participations, qui nous sont versées par exemple par la Caisse d’allocations familiales (374 000 €), par le Département, par le CCAS (164 000 €) ou encore par les communes extérieures représentent moins de 4% de nos recettes.
    • de nombreux services aux habitants (restauration scolaire et foyers personnes âgées, service de l’eau, bâtiments…) étant gérés en régie, c’est-à-dire en interne, les dépenses de personnel, représentent plus de la moitié de ces dépenses, soit 11,3 millions d’€. l les charges de gestion courante (entretien, maintenance des bâtiments, fournitures, électricité et gaz…) représentent environ un quart des dépenses, soit 4,75 millions d’€ l les subventions et les dotations, pour un peu moins d’un quart de nos dépenses, s’élèvent à 3.5 millions d’euros, un montant équivalent à celui de l’an passé. Le montant global des subventions attribuées aux associations est relevé de 1%. l les frais financiers, à hauteur de 725 000 €, correspondent au montant des intérêts à rembourser en 2018. Cette ligne est en diminution, les derniers emprunts présentant des taux d’intérêt plus bas.
       

      M. le maire, un mot si l’on devait qualifier la situation financière de la Ville ?
      Elle est bonne. Il est indispensable d’y veiller pour conserver des marges de manoeuvre suffisantes et réaliser les projets que nous avons présentés à nos concitoyens en 2014.
      La dette de la Ville de Fougères est actuellement de 23.4 millions d’€. 85% de nos emprunts sont à taux fixe, 12% liés au Livret A et la répartition entre différents prêteurs est sécurisante. La durée de désendettement est de 5,2 ans, donc bien inférieure au plafond de 12 ans défini par l’etat. Quant à notre capacité d’autofinancement - l’épargne nette - elle est d’un bon niveau, autour de 2 millions d’€. C’est aussi ce niveau d’épargne qui détermine  nos possibilités d’investir.

      La réforme de la taxe d’habitation s’appliquera dès cette
      année. quelles seront les conséquences pour les
      finances municipales ?

      La loi de finances a précisé les modalités de la réforme
      et nous en tenons compte dans notre budget. D’après les
      décisions du Parlement, la taxe d’habitation sur les résidences
      principales sera supprimée progressivement d’ici
      2020, pour près de 90 % des Fougeraises et Fougerais.
      Cette réforme ne devrait engendrer aucune perte de
      recettes pour la Ville puisque l’etat s’est engagé sur un
      mécanisme de dégrèvement pour la compenser : il va nous
      reverser en 2018 l’équivalent de ce que nous aurions
      perçu, sur la base des taux d’imposition locaux et des abattements
      en vigueur en 2017. nous demandons bien évidemment
      que cet engagement soit absolument maintenu
      pour les années à venir.

      Sur le plan national, on entend beaucoup dire que les
      communes souffrent de la baisse des dotations de
      l’Etat : qu’en est-il pour Fougères ?

      Notre commune a fortement subi la baisse des
      dotations ces dernières années. en 2017, la
      baisse a été de 226 000 € et en 2016 de
      436 000 €. Cette année, du fait des décisions
      gouvernementales, la dotation de l’etat la plus
      importante est quasiment stable, autour de
      4,76 millions d’€. Concernant la dotation
      nationale de péréquation 2018, il est prévu
      une stabilité autour de 408 000 €.
      Dans le même ordre d’idées, nous ne sommes
      pas concernés par l’obligation faite aux grandes
      villes, aux Régions, Départements, à des communautés
      d’agglomération qui doivent s’engager
      auprès de l’etat à ne pas dépasser 1,2
      % d’évolution pour leurs dépenses de fonctionnement
      par rapport à 2017. Pour autant, nous sommes
      fortement encouragés à respecter cet objectif.

      Dans ce contexte, quelles seront les grandes orientations
      budgétaires pour 2018 ?

      Quatre grands axes ont sous-tendu le travail réalisé pour
      ce budget 2018 :
      -favoriser le développement local et l’emploi en dotant
      notre ville de services et d’équipements performants pour
      attirer des entreprises, des investisseurs ainsi que des salariés.
      Dans le même esprit, nous ajoutons de nouvelles
      actions pour soutenir le commerce et l’artisanat, l’activité
      touristique et patrimoniale (CIAP’s – Centre d’interprétation
      de l’architecture et des patrimoines, site du Rocher
      Coupé…).

      -agir pour l’épanouissement des enfants et des jeunes.
      en proposant des services de qualité et des tarifs très
      abordables pour la restauration scolaire, la gratuité pour
      les ateliers des TAP (Temps d’activités périscolaires) ou encore
      une nouvelle salle de gymnastique, nous agissons dans
      l’intérêt de la nouvelle génération.

      -s’inscrire dans la transition énergétique et écologique, qui
      irrigue nos actions en matière d’habitat, d’accessibilité ou
      encore de développement des déplacements doux.

      -et bien sûr, renforcer la cohésion sociale, ce
      qui passe par des actions de lien social, de solidarité
      (avec la construction du futur pôle social),
      de prévention (notre plan de sécurité et de lutte
      contre la délinquance) et de tranquillité
      publique (avec l’installation de caméras de
      vidéoprotection).

      Bien évidemment, nous maintiendrons un
      bon niveau d’investissement (entre 7 et 8 millions
      d’€). Ces dernières années, nous avons
      investi 7.5 millions d’€ en moyenne ; 9 millions
      d’euros en 2017.
      Peu nombreuses sont
      les collectivités comme la nôtre à avoir continué
      d’investir autant. en 2018, nous terminerons
      des équipements majeurs comme le
      pôle social ou la salle de gymnastique et d’autres projets
      importants pour l’avenir de Fougères se poursuivront.
      notre volonté est de proposer aux habitants du
      territoire et à de futurs Fougerais un cadre de vie toujours
      plus agréable et un niveau de services et d’équipements
      à la hauteur de leurs attentes.

       

      Un niveau d’investissement soutenu : entre 7 et 8 millions d’euros

      Les principales dépenses d’investissement programmées en 2018 concerneront :
      - la rue des Feuteries, pour 1 356 000 € de travaux d’aménagement et 300 000 € pour la rénovation des réseaux d’eaux pluviales. S’ajouteront 180 000 € pour la liaison par ascenseur depuis le parking du cinéma
      - le pôle social qui regroupera en fin d’année les Restos du Coeur, l’épicerie sociale et l’Atelier de la Roulais ; 2 100 000 € sont inscrits
      - la salle de gymnastique : 1 383 000 € y seront consacrés, plus 300 000 € pour aménager les abords
      - les travaux de rénovation et d’accessibilité de la gendarmerie, pour 600 000 €
      - l’entretien du château, avec 427 000 € budgétés pour la restauration et 96 000 € pour la dévégétalisation
      - le plan d’aides au logement, avec plus de 400 000 € inscrits
      - l’éclairage public (traversées piétonnes, voie verte, remplacement vieilles lanternes) pour 270 000 €
      - la vidéoprotection en ville haute: 180 000 € et la sécurisation des groupes scolaires (visiophones et portes automatisées) : 60 000€

      Ces dépenses d’investissement sont le reflet des engagements municipaux.
      -dans le domaine du développement économique et commercial, en plus des crédits relatifs à l’aménagement des rues commerçantes et au soutien au logement, sont inscrits :
      - 94 000 € pour l’étude de création d’une liaison mécanique
      entre le parking du Nançon et le boulevard Faucheux
      - 188 000 € pour la rénovation du parking de la Douve :
      - 48 000 € pour la sécurisation (portes automatiques, éclairage, fermetures…), 50 000 € pour les peintures, 90 000 € pour la vidéoprotection
      pour le secteur sportif :
      - 160 000 € sont programmés pour la rénovation des terrains
      de tennis de Paron sud
      - 120 000 € sont inscrits pour l’aménagement des abords de
      la salle omnisports Mimi Renno et du n°47 avenue Pompidou
      pour améliorer le cadre de vie, le budget prévisionnel prévoit :
      - 120 000 € pour l’effacement des réseaux rue Duguesclin
      - 105 000 € (sur 3 ans) pour la numérisation du réseau d’éclairage
      public
      - 50 000 € pour les travaux dans la ruelle des Vaux
      - 42 000 € pour l’aménagement de la zone 30 en ville haute