Une convention pour la sauvegarde du patrimoine

La Ville de Fougères a signé hier avec l'Etat, représenté par Christophe Mirmand, Préfet de la Région Bretagne, une convention de quatre ans pour l'entretien et la préservation des monuments historiques fougerais. Le Préfet a également visité le château de Fougères.

Le Préfet de la région Bretagne visite le château de Fougères.

Suite à une étude documentaire et le diagnostic sanitaire menée sur le Château de Fougères en 2015*, la Ville de Fougères a concrétisé par la signature d'une convention avec l'Etat une coopération renforcée avec la Direction régionale des Affaires Culturelles et les services des Monuments Historiques.

Chaque année, la Ville mène des travaux d’entretien, de réparation et de restauration de son patrimoine exceptionnel, avec le soutien scientifique, technique et financier de l’État. La Direction Régionale des Affaires Culturelles (DRAC) accompagne ces opérations de réparation et d’entretien par la commune de Fougères sur ses monuments historiques, en particulier dans le cadre de l’assistance à la maîtrise d’ouvrage. Cette convention symbolise la volonté conjointe de la Ville de Fougères et de l'Etat d’approfondir leurs relations partenariales. Concrètement, elle permet d’organiser un double programme de sauvegarde du patrimoine fougerais :

  • un programme prévisionnel de restauration du château sur quatre ans qui s’élève à 1 450 900 € (TTC) pour lequel des aides de l’Etat à hauteur de 25% du montant des travaux et des aides de la Région Bretagne, de l’ordre de 20%, plafonnées à 60 000 € sont attendues;
  • un programme d’entretien annuel de nos monuments historiques, dont le château naturellement, qui bénéficie lui aussi de subventions de l’Etat et de la Région.

Cet engagement de l’État est d’autant plus nécessaire que ce patrimoine est un atout incontestable de développement touristique, culturel et économique pour la Ville.

 

*l’étude documentaire, conduite par Christophe Amiot, architecte en chef des Monuments Historiques, a permis d’identifier toutes les sources historiques disponibles et de mieux comprendre la genèse de la construction du monument et les interventions architecturales qui l’ont transformé, au travers des siècles. Quant au diagnostic réalisé par Olivier Weets, également architecte en chef des Monuments Historiques, il a en premier lieu confirmé le bon état général de l’édifice, ce qui est important; il offre aussi un état des lieux détaillé du château, essentiel pour élaborer le programme pluriannuel de travaux. Il s’agit par exemple de travaux d’assainissement ou d’étanchéité, de rejointoiement ou de restauration intérieure…